ACTUALITÉ

Voici la contribution qui est à l’origine de l’arrestation du commissaire Boubacar Sadio

Le Sénégal est malade de la perversion des principes républicains et de la déliquescence morale de ses dirigeants.

Monsieur le Président de la République, dans une de mes lettres que je vous ai adressées, j’avais affirmé, avec la plus grande conviction et sur la base de faits avérés, que le Sénégal est dirigé actuellement par des voleurs impudents, des menteurs patentés, des insulteurs impertinents, incultes et arrogants, des forbans impavides, des trafiquants de drogue invétérés et des faussaires sans scrupules. Il faut ajouter à ce monde interlope de personnes peu recommandables dont la plupart vous sont très proche, les francs-maçons et les homosexuels que l’on retrouve dans les hautes sphères décisionnelles. Depuis, les différents événements survenus m’ont donné raison et n’ont fait que confirmer la justesse et la véracité de mes propos que vos chiens aboyeurs, vos répondeurs automatiques avaient vite fait de mettre sous le compte d’une animosité injustifiée à votre encontre. Que nenni.

Monsieur le Président de la République, concernant les insultes qui sortent si régulièrement et si facilement de la « gueule » puante et nauséabonde de vos partisans, si elles ne sont pas proférées par les dirigeants eux-mêmes, elles sont le fait de tristes individus stipendiés, des prostitués et des mercenaires de la plume qui ont comme principale mission, de déverser leur amère bile et leurs insanités langagières de caniveaux sur vos contempteurs dont la plupart n’ont le tort que d’etre de vrais patriotes qui jouent admirablement, et en toute responsabilité, leur rôle de vigie. Il est fort évident, qu’en se prostituant de la sorte, vos insulteurs ne cherchent qu’attirer votre attention pour un retour d’ascenseur. Malheureusement, il faut le constater objectivement pour le déplorer  tristement, il y a des gens sans foi ni loi qui sont prêts à vendre leur âme au diable pour se faire des sous, se procurer certains avantages sociaux ou bénéficier d’une nomination à un poste « juteux » ; il n’y a qu’à se référer au « gros poisson » pêché dans les eaux des Parcelles assainies.

Monsieur le Président de la République, quant au mensonge, il est aisé de constater, par son ampleur, sa récurrence et sa fréquence, qu’il constitue l’ADN de votre régime. Tout le monde s’y adonne et semble s’en délecter. Les gouvernants actuels mentent à longueur de journée sans se soucier de l’effet dévastateur de leurs attitudes et du mauvais exemple qu’ils offrent à la jeunesse. Je me garderai de revenir sur votre réponse quand vous aviez été interpellé sur votre contestation du ministre Ousmane Ngom pour l’organisation des élections de 2012. Le Var des réseaux sociaux s’est immédiatement chargé de prouver que vos propos relevaient d’une flagrante et énorme contre-vérité. Vos dénégations ont été vigoureusement démenties. Il me plait de rappeler, entre autres, le gros mensonge de l’ancien directeur général de la Senelec, aujourd’hui ministre de l’énergie. Il avait présenté au peuple sénégalais un tableau plus que reluisant de la situation financière de la Senelec ; malheureusement il a été rattrapé dans son mensonge par la hausse brutale et inexplicable des tarifs de l’électricité. A tout prendre, on peut retenir que le mensonge est un élément paradigmatique de votre gouvernance ; une gouvernance répulsive et répugnante parce que favorisant les pratiques les plus abjectes et les comportements les plus immoraux, toutes choses dont souffrent actuellement les Sénégalais. 

Monsieur le Président de la République, quant à la faune immonde de faussaires de tous acabits qui pullulent dans notre pays, et dont la majorité, pour ne pas dire la totalité, est de votre régime, occupant, pour certains des postes très stratégiques, il n’est que d’évoquer la ténébreuse et scabreuse affaire Pétro-Tim. En effet, c’est vous-même qui aviez accordé par décrets des autorisations de recherches et d’exploitations d’hydrocarbures au sieur Frank Timis, un flibustier, un brigand, un prédateur de la pire espèce dont la très mauvaise réputation est de notoriété publique et internationale. Et, c’est sur  le rapport de présentation du ministre Aly Ngouillle Ndiaye que vous vous êtes fondé pour signer les dits décrets ; il se trouve que le rapport de Aly Ngouille Ndiaye contenait des informations fausses, erronées, sciemment tronquées et volontairement falsifiées portant sur les capacités techniques et financières de la société Pétro-Tim. Vous avez été informé de ce vice de fond et de cette vilaine et gravissime forfaiture par l’ancien premier ministre Abdoul Mbaye qui, devant votre mutisme inexplicable et votre silence assourdissant, a dû saisir les instances judiciaires, notamment le Procureur de la république et administratives, les corps de contrôle, pour qu’une enquête soit diligentée afin d’apporter les clarifications nécessaires et éventuellement situer les responsabilités. Malheureusement, il a été observé de votre part une inaction troublante. Le ministre Aly Ngouille Ndiaye a été ainsi accusé, publiquement de faux et usage de faux et jamais, tous les deux, n’avez jugé nécessaire ni utile de prouver le contraire, de vous laver de tout soupçon, vous contentant d’une indifférence condescendante que l’on est en droit de considérer comme un mépris à l’endroit de vos compatriotes, du peuple dont vous n’êtes qu’un simple délégataire. Et que dire du grand maitre faussaire, le sieur Seydina Fall, alias tonton député, qui se trouve etre un de vos thuriféraires mais surtout ami de votre jeune frère Aliou Sall.

À lire également  Me Demba Ciré Bathily port du masque dans la rue, très mal interprété par les forces de l’ordre...

Monsieur le Président de la République, je tiens là une belle et opportune transition pour évoquer cette affaire effarante et rocambolesque d’un faux décret portant sur l’honorariat dont devrait bénéficier la « diongoma » Aminata Tall pour ne pas la nommée. Je me garderai de reprendre les différentes analyses et autres argumentaires développés par d’éminents juristes, dont le sieur Seybani Sougou pour ces éclairages, qui ont tous conclu qu’il y avait une grosse anomalie administrative et un vice de forme d’une gravité extrême. Personnellement, et certainement avec moi beaucoup d’autres compatriotes, je constate et retiens qu’il y a deux décrets aux contenus différents mais portant le même numéro, la même date, la même erreur sur une date de référence et surtout la même signature, la vôtre. Dans cette douloureuse affaire qui présente les allures d’un scandale d’Etat, il y va de votre crédibilité, de votre crédit personnel et de la valeur du contrat de confiance qui vous lie au peuple. Au-delà de votre simple personne, il y va aussi de la crédibilité de nos institutions qui ne doivent point etre ni fragilisées ni discréditées. Aussi est-ce un impératif que tout soit clarifié et au plus vite. La question qui taraude les populations, c’est pourquoi le Procureur de la république défenseur de la société et des intérêts de l’Etat ne s’est-il pas autosaisi pour mener une enquête approfondie afin d’identifier le faussaire ; ce qui, du reste, mettrait un terme aux spéculations et autres conjectures qui empestent le débat public. Il est du devoir du Procureur de la république de faire en sorte que votre personnalité, votre honneur ainsi que votre crédibilité soient préservés et hors d’atteinte de n’importe quel plaisantin, à fortiori d’un vil faussaire. Toute autre option, notamment, celle du silence méprisant et coupable auquel vous nous avez habitués, conforterait les Sénégalais dans leur légitime suspicion qu’une grave forfaiture, constitutive d’une insécurité juridique dangereuse et inquiétante, a été commise à la présidence de la république.

À lire également  COVID-19: La barre des 20 millions de cas va être franchie cette semaine (Oms)

Monsieur le Président de la République, par rapport à cette affaire qui présente les allures et les contours d’un énorme scandale, elle n’est que l’illustration de votre gouvernance sombre, tortueuse, vicieuse, calamiteuse et scabreuse, à la limite de l’indécence. Quant à la bénéficiaire de ces avantages indus, nous qui sommes très bien informés, savons qu’elle a une ascendance réelle sur votre personne ; vous avez toujours été sa tête de turc, son souffre-douleur. On ne peut  compter le nombre de fois qu’elle s’en est prise à vous en conseil de ministres alors que vous étiez le Premier ministre ; je m’en arrête là pour m’imposer un minimum de discrétion et de retenue. Qu’est-ce que cette bonne dame a fait de plus et de mieux que certains de nos valeureux magistrats, de nos vaillants membres des forces de défense et de sécurité dont certains sont tombés sur le champ d’honneur, de nos braves enseignants qui vous ont inculqués les connaissances et le savoir qui vous permettent de trôner aujourd’hui à la tête de ce pays ; et que dire de ces personnels de santé qui côtoient et  affrontent quotidiennement la mort et de  ces techniciens de surface sans qui la vie serait invivable. Comme vous le voyez, cette grande dame, charmante, il faut le reconnaitre, n’a aucun mérite particulier ; l’acte que vous avez posé relève tout simplement d’un favoritisme injuste, injustifié et de très mauvais aloi sur fond de violation flagrante de nos lois.

Monsieur le Président de la République, le pays tout entier bruit du scandale relatif à l’occupation sauvage et illégal de notre littoral et plus particulièrement dans la capitale. Nous assistons à un véritable banditisme foncier favorisé, encouragé et entretenu par certains fonctionnaires de l’Etat. Par les mesures que venez de prendre, vous semblez vouloir faire comprendre aux Sénégalais que vous n’étiez pas informé et que vous venez tout juste d’apprendre cette situation. Franchement, « dang nio yepp », vous prenez vos compatriotes comme des demeurés, des imbéciles écervelés, dépourvus de jugeote et de bon sens dont Blaise Pascal disait qu’elle est la chose la mieux partagée. Votre attitude ne nous surprend guère, c’est votre façon de faire ; malheureusement, elle manque totalement de noblesse et de grandeur. Depuis huit ans vous passez sur la corniche et vous prétendez n’avoir rien vu, on vous le concède, mais où sont les services de l’Etat censés vous informer de tout. Vos partisans ne clament-ils pas partout que vous êtes le Sénégalais le plus et le mieux informé, le cas échéant, on vous a caché la situation qui prévaut sur le littoral. Non, nous n’y croyons pas ; vous êtes parfaitement au fait de tout ce qui se passe sur le littoral et vous avez fermé les yeux comme vous avez mis le coude sur tous les dossiers de délinquance financière impliquant vos partisans. N’avez-vous pas tout récemment déclaré que 90% des alertes que vous recevez concernent le foncier, c’est dire que vous étiez au courant de tout ce qui se passait sur le littoral. Avez-vous réellement octroyé 9ha à un chef religieux qui, comble de scandale, les auraient vendus pour des milliards à des citoyens qui, parait-il, sont en train d’en réclamer la possession et la jouissance ? Le cas échéant cela ne ferait que confirmer l’existence d’une mafia politico-religieuse qui se nourrit du sang du peuple et s’abreuve de sa sueur. Quand on vous cite dans un énorme scandale à même de ternir votre image, de souiller votre honneur et de gravement maculer de vilenie votre dignité, vous ne devez pas vous taire, vous devez laver l’affront ; se taire et s’en remettre au Bon Dieu ne peut etre perçu que comme une posture de facilité, teintée de lâcheté, pour ne pas répondre de ses actes.

À lire également  COVID-19: Vladimir Poutine annonce un vaccin testé sur sa propre fille

Monsieur le Président de la République, c’est très triste, malheureux et fort douloureux de le dire, mais il faut objectivement reconnaitre que vous êtes « un accident » dans la noble marche de l’histoire de notre pays. Vous n’auriez jamais du etre notre président. Comme je n’ai eu de cesse de le dire, de le répéter et de le seriner à tout bout de champ, vous n’en avez ni la carrure, ni la compétence encore moins le charisme. Les fonctions de Président de la république sont éminentes, sérieuses et très lourdes à porter ; vos épaules sont certes larges mais elles me paraissent d’une grande fragilité. Pour exercer les fonctions de Président de la république, il faut de la compétence, il faut le savoir, le savoir-faire et le savoir etre ; à cela il faut un crédo fondé sur des principes axiologiques forts, tels que : l’honnêteté, la droiture, la sincérité, le sens de la justice, de l’équité et de l’égalité, le souci de toujours appliquer le droit, l’engagement ferme de mettre la patrie avant le parti et surtout la volonté de respecter ses promesses et son serment, il faut du respect, de la considération et de l’empathie pour son peuple. Malheureusement, vous êtes déficitaire de plusieurs de ces vertus ; un Président de la république ne met jamais son coude sur des dossiers compromettants et ne met jamais sous sa protection institutionnelle des délinquants financiers et fonciers.

Monsieur le Président de la République, je ne ferai jamais partie de ceux-là qui réclament votre démission pour défaillance et incompétence avérée ; une telle requête est contraire aux principes les plus élémentaires de la démocratie. On doit vous laisser terminer votre mandat conformément aux dispositions constitutionnelles ; par contre les patriotes ne cesseront de s’investir pour dénoncer votre gouvernance calamiteuse, d’apporter leur participation dans l’entreprise patriotique d’éveil des consciences de nos populations manipulées et exploitées à souhait, et depuis notre prétendue indépendance, par une oligarchie politico-religieuse sans éthique et sans morale, cupide et vorace.Il faut que, dès à présent, les uns et les autres s’organisent pour mettre en place des structures organiques qui prendront en charge la mobilisation populaire et citoyenne pour imposer le changement systémique nécessaire, seule voie et unique condition pour permettre à notre peuple de retrouver sa véritable souveraineté. Encore une fois, reconnaissant à vos partenaires, partisans, courtisans, affidés, transhumants adoubés et autres thuriféraires le droit de vous considérer comme un «  génie politique » à la vision extraordinaire, souffrez que je vous considère comme, je ne dirai pas le plus minable, mais le plus médiocre de nos Présidents, et pour davantage illustrer mon opinion que j’ai le droit d’exprimer, je convoque les propos de votre très proche et cher ami Souleymane Jules DIOP qui disait ceci « Macky Sall est un homme faible, veule, incapable, sans caractère ni épaisseur intellectuelle qui n’a même pas les capacités de diriger un GIE ; voter Macky Sall c’est élire Marième Faye ». La question qui taraude l’esprit de beaucoup de Sénégalais qui se régalaient de ses propos d’antan, c’est pourquoi ce monsieur est-il toujours dans vos bonnes grâces et continue à bénéficier de promotions de votre part ? Il faut nous expliquer. 

Le pouvoir au peuple, les servitudes aux dirigeants. TERMINUS 2024.

Dakar le 13 Juin 2020.                                              Boubacar  SADIO

                                                 Commissaire divisionnaire de police de classe exceptionnelle

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top