Pénurie de moutons : Pourquoi Samba Ndiobène Kâ a cédé à la pression…

Ce fut un parcours de combattant pour les Sénégalais que de trouver un mouton pour la Tabaski. Les lieux de vente, très fournis ces dernières années, étaient presque vides. Seuls les moutons dits « xarou yar » (élevés à domicile) étaient disponibles mais ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Cette pénurie n’a pas simplement été notée à Dakar. A l’intérieur du pays, le constat était pareil et même pis à Bignona, Linguère, Thiès…

Pourtant, le ministre de l’Elevage avait, à la veille de la Tabaski, fait le tour des foirails pour s’enquérir de la situation de l’approvisionnement des moutons et annoncer la suppression des taxes à l’importation ainsi que la subvention de l’aliment de bétail. Ce qui avait suscité l’espoir auprès des éleveurs et des consommateurs sénégalais. Seulement, cet espoir a fondu comme beurre au soleil. La demande a été supérieure à l’offre.

Qu’est-ce qui a fait coincer la machine ? Selon certains observateurs, le ministre Samba Ndiobène Kâ a joué la carte de la préférence nationale et… a perdu. Il aura cédé, selon eux, à la pression des éleveurs sénégalais en fermant les frontières aux commerçants étrangers, du Mali, de la Mauritanie et des autres pays limitrophes, quasi invisibles contrairement aux années précédentes. Seulement, les éleveurs sénégalais n’avaient pas la quantité nécessaire pour un approvisionnement correct du marché. D’où la pénurie notée lors de cette Tabaski 2019.

Pour éviter pareille erreur, à l’avenir, le Président Macky Sall devra rappeler à l’ordre son ministre de l’Elevage afin qu’il change de démarche. Autrement, la sanction contre Samba Ndiobène Kâ devra être implacable.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :