ACTUALITÉ

Transhumance: Investissez-vous ! (Adama Gaye)

Il y avait le Club national des Profitards (Cnp). La Commission nationale des entourloupeurs du Sénégal (Cnes). Puis le Mouvement éminent des danseurs du Sénégal (Medes) chargé des Cauris.
Il y a désormais le Club des Investisseurs.
Et son Président, le ci-devant patriote ayant les intérêts du Sénégal chevillé à son immense corps de Fast-Transhumant.
Parlons-en de ce Club donc!
Docteur Abdourahmane, je demande aussi l’avis du financier Abdourahmane Sarr, c’est quoi ce Club né il y a moins de six mois qui va décrocher un financement dont on ne sait le montant à la Banque africaine de développement (Bad, la bien-nommée). Qui a garanti ce prêt ? Est-ce a des privés, poursuivant des intérêts privés, que l’Etat du Sénégal a prêté notre signature pour emprunter pour leur compte en nous exposant? Drôles d’investisseurs, didon ! On croyait qu’ils avaient le blé pour le mutualiser et nous faire des projets structurants, consolidants, émergents, fast-track. Ndeketeh, ce ne sont que de fast-dealers prompts à se faire traiter en nourrissons attardés agrippés au sein flasque de notre mamelle etatique privatisée pour assouvir leur boulimie!
Depuis quand la Bad se mêle-t-elle à un regroupement d’activistes plus escrocs, opportunistes, qu’investisseurs? Est-ce pour d’une part donner un coup de pouce à la campagne pour la reconduction à sa tête de son très contesté Président, le Nigérian Akinwumni Adesina? Ou, d’autre part, pour lubrifier la transhumance honteuse d’intérêts chevillés au corps?
C’est une arnaque tous azimuts, un dessaisissement de notre peuple pour servir des intérêts louches. Même le prêt consenti en 1992 par l’alors président de la Bad, feu Babacar Ndiaye, prêt de 39 milliards, pour soutenir notre économie en berne, avait certes été pillé mais les formes avaient été mises. Il était consenti à l’état du Sénégal pour être mis à la disposition de tous les sénégalais porteurs de projets, notamment des maitrisards chômeurs !
Cette fois-ci, c’est grave. Un Club né spontanément se voit donner un prêt, en notre nom, sur notre garantie, selon toute vraisemblance, sans que l’opportunité n’en soit discutée par nous ni par notre Assemblée nationale et sans que nous ayons un regard sur sa gestion ni sur son utilisation.
Ndeysanne Lii Moy Fast-Sathie: où est Monsieur Éthique qui se préoccupe des intérêts du Sénégal ? Que fait-il dans cette louche galère?
Franchement, il deconne. Surtout que rien n’est méritoire de se voir décerner un titre de Président de ce Club auparavant proposé à d’autres qui, eux, l’ont fermement décliné…
On savait en lisant la nomenclature des membres le composant que ce Club d’investisseurs, sans références solides dans les grands projets, n’était qu’un nid de magouilleurs voulant blanchir, sur réthorique de faux patriotisme, leurs malversations foncières, fiscales et financières et leurs magouilles au service du Fast-Thief, et de connivence avec lui !
On découvre qu’ils sont des blanchisseurs d’etres humains politiquement, génétiquement, modifiés.
Bienvenue Docteur, President, futur….Diouf-le Soumboulou masculin !
La magie du Club des Investisseurs est le Marichou et Pod du moment.
Ce prêt de la BAD est un scandale, un de plus, qui devrait exploser à tout moment…

À lire également  La COM’ de SONKO : un jeu à quitte ou double.

Ps: Abdourahmane Diouf, ton affaire-la est indéfendable. Todj-na! on ne peut pas exciper de La Défense des intérêts du Sénégal en se mettant au service d’arnaqueurs et d’une bande d’imposteurs qui pose comme premier acte: le piratage de la signature de la nation !

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top