A LA UNE

Moustapha Guirassy prend fait et cause pour Karim Wade.

Selon Moustapha Guirassy, les experts du Comité des droits de l’homme et son groupe de travail « ne sont donc pas des électrons libre », dont on pourrait faire peu de cas. « Le Gouvernement en place fait dans du dilatoire et de la querelle sémantique. L’appartenance du Sénégal à l’Onu lui enjoint de mettre en œuvre cette décision des Nations-Unies, qui a une valeur à la fois juridique et diplomatique. Si nous voulons conserver notre crédibilité internationale, notre Etat doit le faire. Au surplus, il est évident pour toutes les personnes de bonne foi que les conventions internationales signées par le Sénégal lui interdisent de faire fonctionner une juridiction qui n’a pas de degré d’appel ou qui fait incomber à l’accusé la charge d’apporter la preuve de son innocence, comme l’est la Crei. La Charte universelle des droits de l’Homme, signée par le Sénégal, suffit à l’interdire », a fait comprendre à Igfm le leader de «Sénégal en tête (Set) : La grande marche !».

À lire également  L’AFFAIRE IAAF: Pape Massata Diack parle « Nous n’avons absolument fait rien de délictuel »
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top